Le grand paysage

04 avril 2012

Partager :
Echelle du grand paysage

Le paysage s'apprécie, aussi, d'un coteau à l'autre du Val, sur des distances dépassant souvent 10 km. Les vues panoramiques sont grandioses, que ce soit depuis le coteau ou la levée.

Cet effet s'explique par la largeur de la vallée, l’importance des plans horizontaux et la dominante des espaces non-bâtis, agricoles et naturels. 

Ces caractéristiques donnent une ouverture et une profondeur de champs aux perspectives dont la forêt, à l'horizon, constitue souvent la limite visuelle. 

L'identité

L'horizontalité 

   

le grand paysage est organisé selon des lignes horizontales
qui mettent en valeur la verticalité
des églises et des châteaux. 

L'ouverture  

 le grand paysage est composé de larges espaces non-bâtis
qui sont des ouvertures visuelles sur l'autre rive. 

La profondeur des champs 

  

  

  

le grand paysage est marqué par une grande profondeur de champs
qui ouvrent des perspectives
à différentes échelles 

Les mutations récentes

Voir l'animation en pleine page  

Les impacts de certaines formes de développement sur le paysage à l’échelle du grand paysage sont : 

  • la disparition des « coupures vertes agricoles et naturelles », entre les villes et les villages de Loire,
  • la dégradation des grandes perspectives avec la diminution, voire la fermeture des champs visuels,
  • « l’écrasement » de la composition patrimoniale par des aménagements hors proportions.

Des orientations pour agir

  • Concevoir des ponts en harmonie avec la traversée de la Loire et de sa vallée.
  • Concevoir des parcs d’activités comme des «Portes d’entrées» du Val de Loire.
  • Implanter les mâts de grande hauteur à bonne distance des espaces patrimoniaux.
  • Soutenir les productions agricoles en renforçant le lien entre villes et campagnes.
  • Freiner la transformation des terres agricoles en terrains à bâtir.
  • Intégrer les bâtiments agricoles.

Approfondir

Sur ce site

Partager :
Recherche dans :
Recherche dans :