Présentation du paysage des vallons du Vau Marin et de la Romme, au contact du Val de Loire

20 décembre 2011

Champtocé-sur-Loire

loading... Chargement de la carte en cours...
Partager :

Philippe Cayla
Agrégé de géographie et enseignant chercheur honoraire à l’Université d’Angers.

Face au risque de la dégradation paysagère et écosystémique d’un territoire original, celui de vaux modestes affluents du fleuve, mais charmants et porteurs avec leurs interfluves, de richesses naturelles et patrimoniales caractéristiques de cette rencontre de la Loire et du Massif Armoricain, on peut aussi s’interroger sur la relation du fleuve à cette campagne de bocage qui le domine, presqu’en étrangère  d’une quarantaine de mètres.
 
Il faut resituer le tout dans la longue évolution des paysages, quand au fil des changements climatiques l’homme et l’anthropisation font leur œuvre, générant des strates paysagères successives que l’on peut décrypter dans une démarche interdisciplinaire, nécessitant des approches hydro morphologiques, géologiques, floristiques, archéologiques, géohistoriques, ethnologiques, culturelles. On rejoint l’étude de l’espace géographique et de l’anthroposystème contemporain dont l’évolution rapide et brutale tranche avec la lente genèse des étapes précédentes et des équilibres  paysagers, homme / nature successifs.
 
 
Au fil de la promenade, on observe sous le paysage global décrypté dans sa diversité topographique et sa structure composite :
 
Le fondement paysager géomorphologique issu d’une évolution géologique d’un demi milliard d’années se clôturant par notre période post-glaciaire de réchauffement climatique, version océanique, elle-même fluctuante comme en témoigne le tableau suivant. La Romme a rejoint en cluse la Loire, alors (–15 000) plus basse d’une quinzaine de mètres, le Vau Marin l’accompagnant depuis son petit bassin de réception.
 
Le paysage de la néolithisation prolongé jusqu’à l’âge du bronze et des monuments mégalithiques, voit aussi remonter le niveau des vaux, par remblaiement alluvial.
 
Le paysage antique à médiéval, avec le développement de défrichements sur le plateau et dans les vaux et mise en place du bocage, mais avec encore des bois, forêts et vastes landes et de la société féodale, aux fiefs, châteaux,  habitat dispersé, au centre toutefois villageois, Champtocé encore au contact d’un bras de Loire navigué, avec péage.
 
Le paysage moderne ponctué des châteaux que l’on y voit aujourd’hui, résidences aristocratiques évoluées de châteaux forts ou créations, dominant la campagne de tenanciers devenant métayers dans des fermes égaillées.
 
Le paysage hérité du 19 e siècle de la révolution agricole du chaulage, de l’assolement fourrager nitrifiant, des fermes modèles (souvent de château), de la voie de chemin de fer qui barre la Romme de la boire de Champtocé.
Un équilibre à restaurer, qui fait partie d’un aménagement rural à fondement patrimonial naturel et culturel, en un paysage charnière où le plateau communique avec le Val. 

Télécharger

Partager :
Recherche dans :
Recherche dans :