Les fronts bâtis

04 avril 2012

Partager :
Echelle des fronts bâtis

Le Val de Loire est habité depuis la Préhistoire. Les lieux de traversée du fleuve (gués devenus ponts) et les points hauts d’observation protégés des crues sont les sites des villes et des villages.

Ils présentent tous un « front bâti » ouvert sur le fleuve et marqué par un pont, des levées utilisées en chemins de halage, des quais, un habitat groupé autour de l'église et du port. 

La présence du coteau renforce cette composition. Le bâti en pied de coteau succède à un habitat plus ancien, parfois troglodyte, creusé dans le tuffeau. Ce « front bâti » est dominé par un château fort devenue résidence de prestige à la Renaissance. 

L'identité

 La composition linéaire 

  

le front bâti s'étire sur tout le linéaire
des longs quais de Loire. 

La mise en scène 

 le front bâti met en scène
le site et son château
à partir du fleuve et de l'autre rive... 

La multiplicité des plans 

  

  

le front bâti est organisé en plans
horizontaux parallèles à la Loire.
(Loire, quai, ville, château, forêt) 

Les mutations récentes

Voir l'animation en pleine page  

Les impacts de certaines formes de développement sur le paysage à l’échelle du front bâti sont: 

  • la perte d’identité, par la construction de pavillons et d’immeubles dont l’architecture et l’implantation dans l’espace restent sans lien avec le lieu et son histoire,
  • la banalisation des entrées de ville avec le développement de bâtiments d’activités uniformes et l’absence de qualité des espaces publics de circulation.

Des orientations pour agir

  • Réhabiliter le bâti ancien dans le respect de sa qualité patrimoniale.
  • Adopter les couleurs et les matériaux locaux dans les nouvelles constructions.
  • Implanter les lotissements dans la continuité du bâti existant.
  • Aménager des résidences de tourisme en conservant la qualité des sites.
  • Enfouir les câbles aériens d’électricité et de téléphone.
  • Limiter la présence de la voiture dans les centres anciens.
  • Contrôler l’affichage publicitaire sur les principaux axes de circulation et à proximité des monuments.
  • Concevoir des espaces publics prenant en compte les qualités patrimoniales des lieux.
  • Maintenir des «coupures vertes» entre villes et villages.

Approfondir

Sur ce site

Partager :
Recherche dans :
Recherche dans :