Aménager le centre-Loire de Blois

Publié le 18 novembre 2016 - Mis à jour le 15 décembre 2016

Une nouvelle centralité patrimoniale et paysagère

Réinventer une nouvelle centralité à la ville, c’est l’élargir au fleuve et associer les deux rives, ce qui fait de la Valeur patrimoine mondial le fil directeur de ce projet d’espaces publics. Suite à une concertation avec les habitants et les commerçants, le projet adopté par le conseil municipal est maintenant en cours de réalisation.

Contexte

L'aménagement du « centre-ville Loire » (ACVL) est un des grands projets urbains du site Unesco. Le front bâti de Blois compte parmi les expressions les plus significatives du Val de Loire: une qualité de composition urbaine, rythmée par des édifices, religieux et civils, emblématiques, des linéaires portuaires spectaculaires et un des plus beaux ponts de Loire édifié au XVIIIè siècle. Ce paysage urbain historique est aussi un cœur de ville marchand et routier, coupé de son fleuve 

Objectifs

L’enjeu est réinventer une nouvelle centralité à la ville, élargie au fleuve, et associant les deux rives. Il s’agit, aussi, d’améliorer le cadre de vie des riverains, de dynamiser le commerce et d’attirer de nouveaux habitants et visiteurs. La qualité retrouvée de l'espace public, sa modernisation privilégie les modes de déplacements doux et les cheminements piétons. Ce projet, très sensible, ne peut s’imaginer sans la participation active des habitants et des commerçants  dans  sa conception. 

Mise en œuvre

La Mission Val de Loire a été sollicité par la ville pour l’accompagner dans sa démarche : restitue les valeurs patrimoniales et paysagères des lieux, en faire le fil directeur de la  conception du projet. 

Le projet a été lancé en fin d’année 2012 avec le recrutement d’une assistance à maîtrise d’ouvrage, un groupement de bureaux d’études coordonné par SATIVA Paysage et associant les compétences de paysagistes, d’urbanismes, concepteurs « lumière » et  spécialistes en déplacements urbains. 

Cette équipe pluridisciplinaire a réalisé un diagnostic paysager et patrimonial, complété par  des ateliers de concertation avec les habitants et commerçants du centre-ville. En complément, la Mission Val de Loire a mandaté une historienne, Caroline Barray, pour réaliser un  diagnostic historique et cartographié. Ce travail mis à disposition de l’équipe de conception au printemps 2013 comprenait aussi un important travail de recherches en archives cartographiques et iconographiques. 

  • Ressources
  • Bibliographie et documents

Cette synthèse historique a été réalisée à la demande de la Mission Val de Loire Patrimoine Mondial de l’Unesco afin de servir de support à l’analyse de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) de Blois réalisée dans le cadre de la requalification urbaine des espaces publics de la ville.

Les composantes de la V.U.E. et les recommandations de sa prise en compte dans le projet ont été définies à l’échelle du périmètre du projet, à l’appui de ces conclusions d’expertise. Ce travail collégial a réuni l’Architecte des Bâtiments de France, Directeur du STAP, le bureau d’étude Sativa Paysage et les élus de la ville. 

  • Ressources
  • Bibliographie et documents

La ville de Blois a lancé, en 2012, un projet requalification des espaces publics de l’axe majeur du centre-ville : Porte-Côté - rue Denis-Papin – Pont Jacques-Gabriel – Avenue Wilson jusqu’au carrefour Vienne. La présente note restitue les composantes de la VUE et les recommandations de leur prise en compte dans le projet.

Suite à une  phase concertation avec les habitants et commerçants, le projet adopté par le conseil municipal a été réalisé en régie directe par la direction technique de la ville accompagnée par une mission complémentaire d’assistance à maîtrise d’ouvrage du bureau d’étude Sativa Paysage. En parallèle de la mise en œuvre  du projet (2014 – 2017), un travail de médiation a été mené par la ville mobilisant une personne à plein –temps ainsi que les compétences du service culturel «  ville d’art et d’histoire » (campagne d’information, exposition sur l’histoire des lieux, ateliers). 

Bilan et perspectives

Les composantes de la V.U.E. : 

  • Un amphithéâtre urbain monumental : bien que l’activité économique se soit développée au contact du fleuve, notamment grâce aux grandes abbayes du Moyen Age (Abbaye Bourgmoyen et Abbaye de Saint-Lomer), la ville ne « monumentalise » sa façade sur la Loire qu’à partir du XVIIIe siècle.
  • La permanence de la maîtrise de l’eau et du fleuve : l’eau a façonné la géomorphologie du site de Blois. La régularité et l’ampleur des travaux de régulation du fleuve et des sources alimentant la cité, du Moyen Age au XIXe siècle, sont les manifestations d’une volonté princière, puis royale avant d’être celles de l’art urbain du XIXe siècle. Blois est un des sites les plus significatifs de ce que fut l’excellence de l’ingénierie hydraulique en Val de Loire.
  • Le square Augustin Thierry / la place Victor Hugo : entre la cité et le château royal, ce lieu juxtapose, de façon étonnante, les façades italiennes du château royal de la Renaissance à l’architecture religieuse baroque de l’église des Jésuites devenue église Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle.

Les recommandations ont été rédigées en référence aux trois critères de l’inscription Unesco : 

  • critère I/  prendre en compte les perspectives et co-visibilités identifiées,
  • critère II/une attention particulière aux linéaires portuaires en rive droite et gauche de la Loire,  aux franchissements de la Loire et de sa vallée ainsi qu’à la continuité de la perspective depuis le haut des degrés Denis-Papin jusqu’au monument commémoratif situé au sud du quartier Vienne. Il est, par ailleurs, essentiel de rendre lisible la promenade du mail ouvrant sur le fleuve, motif marqué par des alignements de platanes.
  • critère IV/une attention spécifique au  square Augustin Thierry et son parti d’aménagement afin que soit conservée sa valeur symbolique dans l’histoire de la ville et sa qualité paysagère.