Inauguration de l’ancienne chapelle Saint-Libert restaurée

Publié le 07 juin 2016 - Mis à jour le 02 novembre 2016
Cet article date d'il y a plus de 3 ans

Le 13 mai 2016, a été inaugurée à Tours l'ancienne chapelle Saint-Libert restaurée. Propriété et siège de la Société Archéologique de Touraine (SAT), elle lui offre un lieu exceptionnel pour accueillir ses activités permanentes (bureau, salle de réunion, collections,…) et temporaires (conférences, concerts, accueil de séminaires…). Ce projet a également permis d’enrichir la connaissance et de restaurer un patrimoine historique situé en bord de Loire, et illustrant pleinement les valeurs du Val de Loire patrimoine mondial.

Construite le long de la Loire dans l’angle nord-est du rempart du castrum gallo-romain du IVe siècle, l’actuelle chapelle Saint-Libert date du XIIe siècle. Elle fût reconvertie et défigurée par une activité industrielle et artisanale. 

La Société archéologique de Touraine fut créée en 1840 dans le droit fil des idées de recherches historiques et de protection du patrimoine qui étaient en train de prendre forme à cette époque. Elle accueille tous ceux, amateurs ou curieux, étudiants ou professionnels, qui s’intéressent, œuvrent ou veulent œuvrer à l’étude, la défense et l'illustration du passé de la Touraine et de son patrimoine. 

La Société Archéologique de Touraine (SAT) s’est porté acquéreuse du lieu et a déposé rapidement un permis de construire en 2011. 

En 2012 et 2013, les diagnostics et fouilles archéologiques ont été conduits grâce à la mise à disposition gracieuse de ses archéologues par le Conseil général d’Indre-et-Loire. Ces fouilles ont permis de découvrir 52 squelettes (qui furent à nouveau inhumés dans la chapelle avant les travaux), un four à cloche, une statue d’évêque, et d’identifier la succession des différentes bases d’autel et les vestiges des chapelles successives. 

La restauration de la chapelle s’est déroulée de mai 2013 à avril 2015. L’aménagement a été conçu en trois parties : la grande salle, les galeries de rangement des collections, le « module » pour les bureaux (bâtiment neuf qui a fermé la chapelle à l’est, à la place du chevet disparu). Les travaux ont permis notamment la restitution du volume du 12e siècle, la préservation de la muraille gallo-romaine, la reconstitution des trois meurtrières du côté nord. 

Le budget du projet est d’un peu moins de 1 300 000 €, financés par la SAT, et des partenaires dont la mobilisation de 296 souscripteurs à travers la Fondation du patrimoine. 

Pour une vision globale, il faut ajouter à ce budget l’aide du Conseil départemental déjà mentionnée, et celle de la Ville de Tours qui a pris en charge la destruction de la maison voisine et l’aménagement du parvis ouest. 

Un livre initié par les fouilles de la chapelle Saint-Libert et du parvis ouest va bientôt paraître écrit par les archéologues Bruno DUFAY et Samuel Riou du Conseil départemental d’Indre-et-Loire et publié en coédition FERACF-SAT au 3e trimestre 2016. Il est possible de réserver ce livre auprès de la SAT. 

Sur le site de la SAT :

Crédit photos : SAT