La Baie du Mont Saint-Michel et le Grand Chambord révèlent leurs paysages d’exception

Publié le 09 octobre 2018 - Mis à jour le 26 octobre 2018

La Baie du Mont Saint-Michel et la CC du Grand Chambord ont signé un accord de coopération le 13 septembre dernier à Montlivault (41). Il a pour objectif la création de lieux – belvédères dans les sites respectifs, ouvrant sur des paysages emblématiques du Patrimoine mondial de l’Unesco. Un système ingénieux de « périscopes » interroge à la fois la mémoire des lieux et les attentes des habitants et des touristes. Une préfiguration d’installations adaptées à la qualité de ces lieux.

Un engagement commun par rapport à l’Unesco

La CC du Grand Chambord, le GAL Val de Loire – Chambord, les PETR du Pays de Saint-Malo et Sud-Manche et du Pays de la Baie du Mont Saint-Michel ont signé un accord de coopération, le 13 septembre 2018, au titre de leurs engagements à protéger et mettre en valeur la Valeur Universelle Exceptionnelle (V.U.E.) de leurs territoires. 

Cette coopération témoigne d’une solidarité entre collectivités locales de sites Unesco et de leur capacité à répondre, ensemble, aux enjeux de conservation patrimoniale de lieux emblématiques de la "mémoire de l’humanité". 

Signature de l accord de coopération entre la CC du Grand Chambord et la Baie du mont Saint-Michel

L’ouverture simultanée de lieux - laboratoires

L’objectif est d’ouvrir simultanément des chantiers de mise en valeur de lieux – belvédères situés à la croisée d’un itinéraire touristique fréquenté et d’une perspective patrimoniale paysagère significative de la V.U.E. Cette démarche d’appropriation des enjeux Unesco se développe dans les lieux suivants : 

  • En Normandie, deux sites belvédères vers le Mont Saint-Michel, à Avranches et à Genêts.
  • En Bretagne, deux perspectives lointaines sur la Baie du Mont Saint-Michel, à Cancale (la pointe du Grouin) et Vieux-Viel (le Haut de la Patence).
  • En Centre-Val de Loire : le Port de Montlivault, site belvédère, à 360°, ouvrant sur Cour-sur-Loire et Ménars ainsi que sur le paysage agricole alluviale et le coteau de Montlivault.

L’objectif est à la fois touristique et pédagogique, créer de nouveaux points d’intérêt précurseurs et/ou constitutifs d’un itinéraire touristique et favoriser la découverte et la compréhension de ces perspectives.  Il s’agit de répondre aux attentes des habitants et des visiteurs des lieux, sur la base d’un diagnostic partagé et d’un projet coconstruit. 

Des périscopes pour lire le paysage 

Un collectif de paysagistes, architectes et scénographes, « Dérive » a installé un « périscope » dans chacun des 4 lieux, de juin à juillet 2018 en Baie du Mont saint Michel et de juillet à septembre 2018 à Montlivault. 

Cet outil ludique et singulier, composé de miroirs permet de décomposer le paysage et faire dialoguer plusieurs facettes dans une composition inhabituelle : À Montlivault, il offre un panorama à 360 °, avec, en rive gauche, l’authenticité du village ligérien de Cour-sur-Loire et du parc du Château royal de Ménars et, en rive droite, la qualité du paysage fluvial de Loire, avec ses levées, ses cales et son agriculture. Un corps de ferme, installé sur un tertre et protégé des inondations par un éperon, témoigne de l’ancienneté de l’adaptation de l’activité agricole aux crues du fleuve. Ainsi, les vues lointaines se juxtaposent aux vues proches, les vues sur le fleuve à celles de la plaine alluviale et celles du village de Cour-sur-Loire. 

Cette démarche artistique d’animation interroge la mémoire des lieux, la complexité de composition du paysage culturel et, en même temps, collecte les attentes des habitants et des touristes. Ces installations ont eu beaucoup de succès, notamment auprès des touristes qui, initialement, ne se seraient que trop rarement arrêtés pour apprécier ces paysages. 

La prochaine étape sera de définir un « parti d’occupation des lieux », révélateur de la V.U.E., et compatible avec les prescriptions de l’État en matière de gestion du Domaine public fluvial et maritime et réaliser un dispositif, démontable, offrant à la fois le plaisir d’un panorama, la compréhension du paysage patrimonial et les services d’une halte de restauration et de repos. 

La Mission Val de Loire a apporté son appui technique auprès de la CC du Grand Chambord, pour la réalisation de la démarche du « lieu-laboratoire » du port de Montlivault et accompagner la signature de cette coopération.