Très belle année 2019 dans le Val de Loire patrimoine mondial !

Publié le 15 janvier 2019 - Mis à jour le 30 janvier 2019
Cet article date d'il y a 5 mois

La Mission Val de Loire vous adresse ses meilleurs vœux pour 2019.

Réalisation : MASAO productions / Sons : Histoire de sons 

L'échelle hydrométrique, qui permet d'observer la hauteur des cours d'eau, symbolise à elle seule le Val de Loire construit par les activités humaines au cours des siècles. Elle traduit la vulnérabilité de l'homme face aux caprices du fleuve et le lien qui les unit. Les aménagements réalisés pour tenter de l'apprivoiser ont permis de développer des activités qui façonnent encore aujourd'hui le paysage culturel inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco ! 

Les échelles hydrométriques

Parfois discrètes, pour certaines oubliées, quelquefois recouvertes par la végétation, elles sont pourtant présentes tout au long du cours du fleuve. 

Une fonction

L’observation de la hauteur d’eau du fleuve s’effectue grâce à ces échelles graduées placées en divers emplacements. Elles se composent de règles métalliques, en relief en fonte ou lisses en tôle émaillée. Elles sont placées verticalement ou inclinées en fonction du support sur lequel elles sont scellées : contre une pile ou une culée de pont, contre un mur de quai, un perré ou un escalier. 

L’installation des échelles doit être précise et définitive. Généralement, le zéro est fixé au niveau de l’étiage « conventionnel » (étiage moyen). Avec l’abaissement généralisé de la ligne d’eau, cet étalonnage pensé au moment de la construction des infrastructures est aujourd’hui le plus souvent déconnecté de la réalité.
On trouve de temps à autre, associés à ces échelles, des repères de crues, marquant ainsi la mémoire de niveaux d’eau importants et hélas dévastateurs. 

Un style

Souvent les échelles sont colorées, blanc et bleu ou blanc, rouge et noir. Parfois elles sont gravées et peintes directement dans la maçonnerie. À la fin des années 1860, pour faciliter le relevé du niveau d’eau les ingénieurs préconisent que le fond de la plaque soit blanc, que les divisions et les chiffres indiquant les décimètres soient en bleu et que les points et les chiffres indiquant les mètres soient en rouge. 

En savoir plus

Ce texte présentant les échelles hydrométriques est issu de l'exposition "Ports de Loire". 

  • Ressources
  • Expositions itinérantes

La toponymie dans le Val de Loire patrimoine mondial témoigne encore aujourd’hui des usages faits du fleuve, en particulier de la fonction d’abordage. « Port Boulet », « Port Charbonnier », « Port Poisson », « Port Saint-Maur », « Port Thibaut » : le rapport à l’eau, l’accès au fleuve sont omniprésents.
On peut être surpris par le très grand nombre de ports qui jalonnent le cours du fleuve. Le territoire est marqué, jalonné. Le nombre d’équipements est à l’image de l’usage qui fut fait de la Loire : omniprésent, intense, vital.