Ile batailleuse / guerres de Vendée

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017


L'île longue de 4 kilomètres, située entre Varades et Saint-Florent le-Vieil, porte un nom qui suggère une histoire mouvementée.

Les quelques habitations de l'île datent des XVIII XIXe siècles, mais ses environs étaient fréquentés depuis bien plus longtemps, comme en témoignent les récits sur un campement viking et les céramiques retrouvés par les archéologues subaquatiques. « … un lieu de stationnement pour les navires dans une certaine île placée sous le monastère de Saint Florent. Ils y établirent leurs tentes et firent comme un bourg afin d’y conserver leur troupeaux de captifs … De là, lançant des courses à l’improviste, empruntant tantôt leurs bateaux tantôt leurs chevaux, ils anéantirent toute la province. »

Tour à tour aux mains des Bretons, des Normands, des Danois, des Anjou, l’île est aujourd'hui partagée entre les départements de Maine-et Loire et de la Loire Atlantique. C’est un lieu mémorable des Guerres de Vendée. En octobre 1793 suite à la bataille de Cholet l'armée vendéenne défaite et à sa suite des femmes et des enfants – 80 000 personnes au total – traversent en barques la Loire notamment à cet endroit.

Au printemps 1794 le village est le théâtre de l'exécution de 2 000 royalistes. Depuis 1852 l'île est reliée aux berges par un pont suspendu et un pont à haubans. Les « aspects paradisiaques de la terre cultivée » ont inspiré Julien Gracq (1910-2007), écrivain renommé issu du village de la rive gauche, qu'il décrit comme un haut lieu de son enfance.