La digue de Louis XI rive droite, entre Blois et Tours

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017


On doit au roi Louis XI, né en 1423, qui règne de 1461 à 1483, une attention particulière sur les levées et en grande partie la configuration actuelle de celle en rive droite de la Loire entre Blois et Tours. En 1482, il transmet des prescriptions techniques précises réglementant la hauteur des turcies et levées, les relevant à 15 pieds (soit 4,88 m) au-dessus des basses eaux. Il est alors fait obligation aux riverains d’entretenir les levées et de réparer les brèches le cas échéant. Des exemptions fiscales sont accordées aux habitants victimes des inondations. La digue sur la rive droite entre Blois et Tours une fois achevée, la route d’Espagne peut l’emprunter. La grande circulation parallèle à la Loire s’organise sur les digues et se substitue aux anciens chemins et au vieux chemin du coteau entre Chouzy-sur-Cisse et Amboise. Admis par le plus grand nombre, le principe d’insubmersibilité des digues entraîne un processus de rehaussement inexorable des ouvrages. Les enjeux protégés deviennent aussi de plus en plus nombreux. Mais il ne s’agit pas tant de répondre à un besoin de protection de l’agriculture locale, dont l’installation est antérieure à celle des ouvrages, que de favoriser les activités commerciales générées par le trafic fluvial. Le pouvoir royal est en effet à l’écoute de la bourgeoisie commerçante ligérienne qui est aussi mise à contribution pour participer aux dépenses nécessaires.