La ville de Tours

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 23 juin 2017

Entre Cher et Loire, densité patrimoniale et monuments repères


 La ville de Tours « A travers la vitre de la voiture du train on devine la silhouette de la ville ancienne et au fond du tableau en quelque sorte, apparaissent déjà des éléments majeurs du patrimoine de la ville. » Jean-Luc Porhel, conservateur du patrimoine, directeur des Archives de Tours. « On verra le monument principal qui est la cathédrale, et notamment la toiture de la nef mais surtout les deux flèches renaissances, on les voit apparaitre de très loin et puis il y a, à l’ouest, et on le voit aussi de loin, le dôme de la basilique Saint-Martin qui est l’autre lieu de fondation de la ville, et puis entre les deux, l’édifice moderne qui est l’Hôtel de ville. » Moderne mais qui date quand même du XIXe siècle, c’est d’ailleurs une des caractéristiques de la ville que de mêler harmonieusement les époques de constructions. « Le train c’est un peu comme une petite machine à remonter le temps, elle va nous permettre de redécouvrir les différentes périodes de la ville, on ne va pas traverser la ville, on va rentrer dans la ville par le sud, par la ville nouvelle, la ville du XXIe siècle. Et puis après on va remonter dans les villes des années 70. Et puis après, remonter comme ça sur la ville du XIXe siècle pour arriver à la gare et le train s’arrêtera en buttée en fin de course, en cul de sac sur la ville ancienne qui va s’ouvrir devant nous. C’est l’invitation à découvrir la ville ancienne avec la présence d’un habitat à pans de bois. Ce qui fait aussi l’une des particularités de la ville de Tours dans ces quartiers anciens c’est la grande densification c’est un habitat qui est construit en front de rue, sous forme de lanière, c’est-à-dire des façades très peu étendues qui vont se répartir d’une rue à une autre, et à l’inverse d’avoir des hauteurs exagérées ou en tout cas marquées, la ville de Tours n’aura pas cette notion de hauteur mais cette notion de densification. Lorsque l’on est dans les quartiers vraiment anciens, on sent presqu’un poids du bâti à travers ses rues serrées et la compression des maisons les unes les autres, tout simplement parce que la ville ancienne a été bâti sur un territoire très contraint, très peu étendu. » Car Tours est une ville construite entre le Cher au sud, et les rives de la Loire au nord, sur une plaine alluviale confrontée de tout temps aux risques d’inondations.


Écouter