Le domaine de Chaumont sur Loire

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017

Art contemporain, nature, paysage et patrimoine


 Le domaine de Chaumont-sur-Loire

Regarder au sud, sur la hauteur du coteau.


« On voit une merveilleuse silhouette qui se découpe dans un paysage uniformément vert et c’est un château de rêve qui apparait petit à petit et qui se grave immédiatement dans l’imaginaire. C’est un voyage dans le temps et dans l’espace. »


Chantal Colleu-Dumond, directrice du domaine de Chaumont sur Loire.


« A Chaumont sur Loire il y a en effet, trois identités parce qu’il y a ce château extraordinaire avec son histoire parce qu’il y a eu énormément de très fortes personnalités qui ont possédé ce château.
Il a appartenu à la famille d’Amboise, et a été entre 1550 et 1560 la propriété de Catherine de Médicis et puis le château est devenu celui de Diane de Poitiers qui était sa rivale. »


Mais c’est un autre propriétaire au XVIIIe siècle, Donatien Leray qui fait abattre l’aile nord du château. Le panorama de la Loire s’offre désormais au regard et le château s’enracine dans la nature qui lui sert d’écrin.


« Et puis il y a l’identité liée au festival des jardins qui a été créé en 1992 qui est un observatoire et un laboratoire de la création contemporaine en termes de jardin. A Chaumont on invente, de nouveaux matériaux, de nouveaux végétaux, on raconte des histoires dans les jardins, sur des thèmes comme l’eau, comme la couleur, comme les sensations. On fait rêver les gens dans des parcelles extraordinaires qui sont conçues par des paysagistes venus du monde entier. »


Et ce fil vert relie la nature et l’art à travers tout le domaine de Chaumont sur Loire et il tisse là sa troisième identité.


« C’est l’art contemporain puisque depuis 2008, nous avons la présence d’artistes contemporains venus du monde entier qui travaille sur le thème de la nature. Les artistes n’utilisent que les matériaux de la nature, dont le bois, les feuilles, la brume, l’eau. Et donc dans le parc, dans les écuries, dans les granges, un peu partout vont naître des œuvres qui dialoguent avec le paysage et dialoguent avec le parc et le patrimoine. »


Écouter