Olivier Debré

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017


Olivier Debré (1920 – 1999) est un des plus grands peintres français du XXe siècle. Son grand-père est le peintre Edouard Debat Ponsan (1847 – 1913), son père le professeur Robert Debré, frère de Michel Debré et oncle de Bernard et Jean-Louis Debré. L’illustre famille a des attaches fortes en Touraine et Olivier Debré enfant passe ses vacances d’abord dans la propriété maternelle à Nazelles puis ensuite dans le domaine acquis par son père à Vernou sur Brenne. Très jeune il commence à peindre, dessiner et sculpter. Il intègre l’atelier d’architecture de l’école des beaux-arts en 1938. Il fréquente aussi celui de Le Corbusier, rencontre Picasso, puis, entre autres, Nicolas de Staël, Hans Hartung et Pierre Soulages. Sa première exposition personnelle a lieu en 1949. Au tournant des années 60, il revient au paysage et y trouve une voie originale avec des très grands formats, des toiles presque monochromes ponctuées de quelques concrétions épaisses et colorées qui délimitent l’espace. Olivier Debré a aussi beaucoup voyagé et travaillé à l’étranger comme pour les rideaux de scène des opéras de Hong-Kong et Shangaï par exemple Dès les années 1980 et jusqu’à sa mort, il se détache totalement des influences extérieures. Toujours en très grands formats, il peint les variations atmosphériques, la lumière sur le paysage, notamment de Loire et de Touraine où il réside souvent. Les formes sont élaborées avec soin et condensent non plus une réalité visuelle mais les émotions de l’artiste face à la nature. Olivier Debré le résume ainsi : « Je traduis l’émotion qui est en moi devant le paysage…Ce n’est pas ma volonté qui intervient mais l’émotion qui me domine. »