Les destructions de 1870

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017


La guerre de 1870 a marqué la Touraine avec des combats opposant alors l’Armée de la Loire et les Prussiens. Un des enjeux est le franchissement de la Loire et les ponts sont particulièrement touchés, en totalité ou partiellement détruits comme à Montlouis, Beaugency, Cinq-Mars-la-Pile, La Riche/Saint-Cosme sur la Loire, le viaduc de Villedômer sur la vallée du Madelon, à Vendôme et Bouche d’Aigre sur le Loir, ou encore à Châteaudun et sur l’Huisne près du Mans. Certains ont été détruits par l’armée française afin de les rendre impraticables par l’armée allemande comme à Montlouis. Ainsi le 13 décembre 1870, les Français font sauter une partie des voutes sur les deuxième et troisième piles de la rive gauche. Les Allemands poursuivent la destruction en brisant la première arche et la culée de la rive droite. La ville de Tours est bombardée. Les réparations sont réalisées avec des charpentes provisoires. Le rétablissement des poutres en fonte, côté Montlouis, est effectué quatre fois par la Compagnie d’Orléans, trois fois pendant la guerre et la dernière pendant l’armistice. Les travaux de réparation sont adjugés le 10 mars 1871. Les deux voies sont rendues à l’exploitation le 15 septembre, et les travaux de réparation définitifs sont complètement terminés le 1er octobre, sur toute la longueur du pont.