Le pont de l'Europe

Publié le 17 mai 2017 - Mis à jour le 21 août 2017


Un pont est un lieu stratégique, c’est aussi un enjeu économique, un facteur de développement. Orléans en compte six.

Le premier remonte à l'époque gauloise, il est mentionné par Jules César. Le premier ouvrage en pierre du XIIe siècle est le pont des Tourelles, avec un rôle clé dans le siège d'Orléans (1429). Fortement dégradé, il est démoli pendant les travaux du nouveau pont Royal, l'actuel pont George V (1748-1763). Pour faire passer le chemin de fer le pont de Vierzon est construit (1843-1847), suivi par les ponts Maréchal-Joffre (1903 1905), René-Thinat (1971-1977) et celui de l’autoroute A71 (1986).

La progression importante de la population de la ville et la communication avec ses banlieues rend nécessaire la construction d'un sixième pont. Situé à l'ouest du centre ville, le Pont de l'Europe, construit entre 1996 et 2000, a été conçu par Santiago Calatrava, célèbre architecte espagnol. C'est un ouvrage d'art en arc « bow-string », composé d'acier et de béton. Il est soutenu par deux piles tripodes en béton ancrées dans le lit du fleuve. Son tablier est surmonté d'un arc en acier incliné, qui visuellement prolonge la direction de deux branches des piles.

L'ensemble se maintient avec un complexe jeu de forces réglées à l'aide des câbles tendus entre l'arc et le tablier. Sa silhouette dynamique, ses lignes fines et élégantes lui confèrent une valeur plastique, sculpturale. Cet ouvrage d'art enrichit le patrimoine de la ville et du Val de Loire avec un élément à la fois novateur et contemporain.