« Loisirs de Loire » 

Publié le 17 mai 2017 - Mis à jour le 16 novembre 2018



A l’ouest d'Orléans, le village de Chaingy est en retrait par rapport à la Loire, au nord du chemin de fer.

Le fleuve coule 2 kilomètres au sud, et ses berges bénéficient de la protection de la Réserve Naturelle de Saint Mesmin. À Chaingy les tapis de renoncules flottantes figurent parmi les éléments les plus spectaculaires de cette riche biodiversité. À Fourneaux-Plage une prairie inondable accueille une faune et une flore protégées.

Mais Fourneaux-Plage connut des périodes beaucoup plus animées. À partir de la fin du XIXe siècle, la baignade dans la Loire devient un loisir très répandu et les touristes aussi bien que les locaux apprécient ce divertissement.

Avant et entre les deux guerres Fourneaux-Plage est surveillée et agrémentée de guinguettes pendant la saison estivale. La halte ferroviaire, nommée Fourneaux-Plage établie en 1947 la rend encore plus accessible, et même si la baignade est par la suite interdite faute de sécurisation, la plage reste attractive jusque dans les années 1960.

À Orléans plusieurs piscines et écoles de natation privées et sécurisées fonctionnent déjà à l'époque et pourtant, « Où passer un bon dimanche ? À Fourneaux-Plage ! » écrivent les journaux locaux. De fait, à partir des années 1950, de nouvelles piscines publiques apparaissent, comme celle du quai du Fort Alleaume dans un bassin du canal alors désaffecté et le public devient plus exigeant sur la qualité de l'eau.

La baignade sur toute la Loire moyenne est interdite à partir de 1976. L'ancienne plage abandonnée est aujourd'hui choisie comme site-pilote pour réaménager certaines parties de berges tout en respectant les écosystèmes protégés.