Gennes, un site gallo-romain majeur

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017


Gennes est un site gallo-romain important. La localité fait partie des lieux qui se développent en Anjou sous l’influence du chef lieu Juliomagus (Angers) au premier siècle de notre ère, comme Doué, Varennes ou encore Chalonnes. Les fouilles archéologiques menées à Gennes dès les années 1860-1880 montrent l’existence d’une importante agglomération gallo-romaine. Quelques monuments et équipements font l’objet de recherches particulières : L’amphithéâtre de Mazerolles est découvert dès 1806. Il est fouillé en 1860 puis entre 1985 et 1990. Situé au sud du village, datant de la fin du 1er siècle, c’est un édifice semi-construit et adossé au coteau, mettant à profit la configuration du terrain pour en faire un théâtre de verdure. L’arène de forme ovale mesure 43,50 m sur 38,55 m. Le nympheum du Mardron, dégagé de 1882 à 1896, est avec celui découvert à Glanfeuil un édifice unique. C’est un petit temple pour les déesses des eaux. Celui de Gennes est composé de deux salles donnant sur le chœur (cella) et d’un bassin extérieur en demi-cercle. Un aqueduc souterrain ou semi-enterré capte la source de Chapeau au sud, suit le ruisseau l’Avort et longe l’amphithéâtre pour alimenter le nympheum et les thermes. Deux voies romaines ont été relevées ; de Chênehutte à Brissac (vestiges dans le bois de Trèves), l’autre vers Doué et qui suit la route actuelle.