Les prairies alluviales

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017

Paysage, biodiversité et pratiques agricoles


 Les prairies alluviales

Les prairies alluviales sont les zones basses de la vallée fluviale, elles sont soumises au caprice de la Loire, ce sont des zones inondables, ce qui conditionne l’usage que l’homme a fait de ces terres. C’était des pâturages parsemés de frênes, il en reste un réseau de haies de bocages.
Dans le Val de Loire ces prairies alluviales sont pour la plupart classées en zone Natura 2000, elles sont donc protégées. Loïc Bidault, directeur du Parc naturel régional de Loire Anjou Touraine nous explique pourquoi.


« On y trouve dans ces vallées alluviales, inondables, des espèces parfois très rares notamment d’oiseaux tel le Râle de Genêts qui est très inféodés à ce qu’on appelle des prairies de fauche et qui par ce même fait assez sensible aux différentes pratiques agricoles. »


Une zone protégée ne veut pas dire sanctuarisée, le paysage peut bouger.


« On le voit nous, évoluer chaque année, des îles de Loire disparaissent, d’autres vont se recréer, des grèves apparaissent et donc ça c’est le fonctionnement naturel et en dehors de ce fonctionnement naturel, il y a le fonctionnement strictement humain avec des cultures avec des pratiques agricoles qui peuvent tout à fait modifier le paysage. »


Mais jusqu’où accepter la modification du paysage ?


« Les risques c’est effectivement une perte de vitesse qu’on constate de l’élevage et donc à la place on cherche une utilité au sol, et derrière l’utilité au sol, on peut y trouver des cultures intensives type le maïs, d’autres cultures un peu intensive c’est la plantation de peupliers et donc l’idée, l’image que l’on a du paysage de Loire peut se trouver pas mal transformée. Après c’est une affaire de jugement, ça le modifie, est-ce que ça lui nuit ou pas, c’est un autre paysage, on peut aussi par un abandon avoir un paysage qui s’enfriche complètement, et un paysage complètement enfriché n’est pas aussi l’image que l’on se fait du Val de Loire où la main de l’homme a toujours été assez présente, où on cultive des productions dans un équilibre entre le naturel, le culturel toujours très présents dans nos paysages. »


Écouter