Les arbres des haies

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017


En Anjou, le bocage est composé de prairies et d’espaces cultivés ceinturés de haies. Il a été créé par l’homme au XVIIIe siècle lors du partage des terres après la Révolution afin de délimiter les parcelles et clôturer les animaux. On distingue quatre grands types de haie : - Haies de bord d’infrastructure (route et voie ferrée), - Haies de plein champ qui délimitent les pâtures et les cultures, - Haies de bord de chemin souvent double, - Haies de bord de cours d’eau : la ripisylve composée d’essences spécifiques au milieu humide. La haie se compose d’essences arboricoles, arbustives et buissonnantes. Elle se structure selon les pratiques et contribue à l’identité et au patrimoine paysager : arbre de haut-jet, taillis, cépées, têtards, plesses (branches ramenées vers le centre formant tressage) et arbres morts. Elle est de dimension variable, composée généralement de trois strates : arborée, arbustive et herbacée. La haie plessée a un rôle de clôture avec une valeur esthétique. Elle peut évoluer seule avec un entretien tous les dix ans. Les arbres têtards doivent être adaptés à leur fonction. Ils doivent être capables de produire des rejets pour le bois de chauffage : ce sont le chêne, le frêne, le saule, le peuplier et l’érable champêtre. Les interventions sont réalisées de la mi-novembre à la mi-mars. Les nouvelles haies mettent plusieurs décennies avant de constituer des habitats aussi riches que les vieilles haies à têtards.