Gare et Technicentre de Saint-Pierre-des-Corps

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 28 août 2017

Dans les coulisses de l’entretien du matériel roulant


 Gare et technicentre de Saint-Pierre-des-Corps

Dans les coulisses de l'entretien du matériel roulant.


La gare de Saint-Pierre-des-Corps est un véritable nœud ferroviaire. Les passagers en profitent largement, chaque jour ils sont 10 000 à passer par la gare pour emprunter l’un des 160 trains quotidiens : TER, TGV et trains INTERCITES. Mais la gare de Saint-Pierre-des-Corps est aussi le lieu d’un centre technique, un technicentre de la SNCF.


Arnaud Roy, le responsable de la communication.


« Ici vous êtes dans un établissement qui est né en 1910 suite à la volonté de la Compagnie des Chemins de fer Paris/Orléans de vouloir installer en Région Centre, et surtout en Indre-et-Loire à Saint-Pierre les ateliers de réparation de ces trains. » La situation de Saint-Pierre-des-Corps est pratique. « Pour l’aspect central de la ville de Tours, entre Paris, Orléans, Bordeaux. »


Que fait-on au juste dans ce technicentre ? « Ici, il y a deux missions principales pour le technicentre. Une première mission qui est d’assurer la maintenance au quotidien des TER de la Région Centre, c’est un peu comme le garage de votre véhicule, vous venez y faire le plein d’huile, le plein d’eau, vous venez y faire aussi le plein de sable pour éviter que vos roues patinent sur les rails l’hiver, c’est de l’entretien courant. Et une deuxième mission, c’est la rénovation de la ligne C et de la ligne D du RER. La rénovation c’est la clinique des trains, ce sont des automoteurs qui arrivent après 10 à 15 ans d’exploitations commerciales dans un état assez piteux, et donc ici, ils vont passer 35 à 50 jours pour être complètement rénovés : peintures, électricité, aménagements intérieurs, freins, systèmes d’informations aux voyageurs embarqués, vidéos-protection. On refait tout de A à Z. Il n’y a pas de standardisation comme dans l’automobile en matière ferroviaire parce que ce sont des tâches très spécifiques, donc ici on a 44 métiers différents : des aménageurs, des soudeurs, des chaudronniers, des peintres, des électriciens. Ca fait plus de 100 ans que l’on rénove des trains et donc la SNCF a un vrai savoir-faire en la matière. »


Et on comprend d’autant mieux l’intérêt du technicentre quand on sait que l’achat d’une rame neuve coûte 10 fois plus cher que sa rénovation.



Écouter