La mobilisation du paysage par les acteurs publics locaux

Publié le 28 février 2013 - Mis à jour le 06 mars 2013
Cet article date d'il y a plus de 6 ans

Le 6 février 2013 à Tours, Lolita Voisin, s’est vu décerner la mention très honorable avec les félicitations du jury pour sa thèse engagée en 2008 : « La mobilisation du paysage par les acteurs publics locaux : un enjeu stratégique de territorialisation ? Réflexions en Loire Moyenne : Blois, Nevers, Saumur. ».

Cette thèse a été réalisée au sein de l’UMR CITERES Tours sous la direction de Jean-Paul Carrière de l’Université de Tours et Sylvie Servain-Courant de l’ENSNP de Blois. Lolita Voisin est la première étudiante de l’ENSNP de Blois admise au grade de docteur. 

Outre les co-directeurs de la thèse, le jury était composé de Hervé Cubizolle de l’Université de Lyon, Christophe Degruelle, président de la communauté d’agglomération de Blois, Vincent Piveteau, directeur de l’ENSP Versailles, Helga-Jane Scarwell de l’Université de Lille I et Anne Rivière-Honeger de l’Université de Lyon. 

Résumé de la thèse

« Le paysage est devenu progressivement en France un objet de politiques nationales et locales. Si l’on cerne de mieux en mieux comment le paysage est appréhendé par les acteurs publics locaux, il s’agit de s’interroger également pourquoi le mobilisent-ils ? 

Est-ce seulement le fruit d’une traduction descendante d’injonctions venues de l’Etat ou du développement d’une « mythologie » de société ? Nous formulons l’hypothèse que le paysage participe également à une stratégie transversale spécifique et singulière pour chaque territoire en projet, dans un processus de territorialisation (Deleuze, Guattari 1980). 

L’analyse s’appuie l’étude de trois villes moyennes ligériennes (Blois, Nevers et Saumur). 

La méthode croise plusieurs disciplines (analyse paysagère, analyse des politiques territoriales, entretiens semi-directifs, analyse des discours publics, analyse du jeu d’acteurs), afin de montrer les mécanismes de mobilisation locale du paysage

La thèse ouvre enfin sur des propositions stratégiques : en quoi le paysage peut-il être un moyen de penser une territorialisation de l’action publique ? Nous y répondons à travers trois facteurs : la relation à l’espace, au temps et l’organisation des acteurs. Cette réflexion entend apporter des éléments nouveaux dans l’utilisation de la notion polysémique et complexe de paysage, utiles aux acteurs publics, dont la profession émergente des paysagistes. » 

Sur le web :

Lolita Voisin devant une illustration de sa création intitulée « Le décideur politique face à la question du paysage »