Les villages du XIXe siècle

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017

Implantations récentes, urbanisme adapté et églises particulières


 Les villages du XIXe siècle

Le train passe par Saint-Mathurin, l’un des nombreux villages qui ont fleuri en bord de Loire au XIXe siècle, donc dans le Val d’Authion. Mais aussi le long de la levée qui est justement renforcée au XIXe siècle.


En fait, au XIXe siècle on a asséché le Val, on s’est protégé de la Loire grâce à la levée et donc du coup les communes vont vendre à un certain nombre d’exploitants ces terres agricoles qui sont extrêmement fertiles.


Thierry Pelloquet, Conservateur du Patrimoine et responsable de l’Inventaire du Maine-et-Loire.


La principale exploitation du Val d’Authion est liée à l’exploitation du chanvre. Avec cet argent les communes vont commencer à s’aménager, se développer. L’architecture même rurale montre une qualité de construction tout à fait intéressante avec notamment toutes ces fermes qui présentent des façades extrêmement travaillées d’un point de vue du décor aussi architectural. Et le premier élément marquant de ces nouveaux aménagements urbains ce sont les églises qui sont construites tout au long de la première moitié du XIXe siècle.


On peut difficilement manquer l’église de Saint-Mathurin, imposante par rapport à la modestie du village, elle est comme l’incarnation architecturale de cette nouvelle prospérité.


Des églises très monumentales c’est celle de La Bohalle, de Saint-Mathurin-sur-Loire, de La Ménitré par exemple, des églises qui sont construites dans le style néoclassique qui est alors en vogue à l’époque, un style qui fait une référence à l’architecture de l’antiquité, l’architecture grecque, l’architecture romaine. Et ce sont des édifices assez monumentaux car la plupart d’entre eux sont construits perpendiculairement à la levée et donc il a fallu notamment utiliser un remblai important pour pouvoir mettre l’église à hauteur de la levée.


Les églises sont perpendiculaires à la levée pour être face à la Loire, du coup elles sont orientées nord-sud et non pas est-ouest comme la plupart des édifices religieux ensuite elles déterminent tout l’urbanisme alentour.


C’est souvent à partir de l’église que un certain nombre de villages vont se développer de différentes manières, soit le long de la levée c’est le cas de Saint-Mathurin-sur-Loire, soit en arrière de la levée, plutôt dans la vallée c’est le cas par exemple du village de La Ménitré. Saint-Mathurin est un village de levée alors que La Ménitré est un village de vallée.


Écouter