Les églises "à l'envers"

Publié le 13 avril 2017 - Mis à jour le 21 août 2017


L’assèchement partiel de la vallée de l’Authion de 1830 à 1832 permet l’exploitation de nouvelles terres agricoles et le développement de l’habitat dans la vallée. Les activités fluviales perdurent malgré l’arrivée du chemin de fer, les quais des villages sont réaménagés selon des plans d’alignement. De nouvelles constructions, églises et bâtiments communaux témoignent de l’enrichissement de la vallée. L’architecte angevin François Villiers reçoit la commande de trois églises dans les années 1830 pour La Bohalle, Saint-Mathurin et la Ménitré. Toutes trois sont réalisées dans un style néoclassique. A l’exception de celle de La Ménitré, elles ont la particularité d’être situées comme celle de Saint-Clément- des-Levées, sur l’axe nord-sud et non plus orientées traditionnellement est-ouest. Assises sur la levée, elles font face à la Loire. Elles s’imposent comme des repères dans le paysage ligérien avec leurs grandes proportions.